Histoires personnelles

 

IMAGE_00672

Histoires personnelles

1. Poste sanglant :

Il y a quelques années, je voulais candidater à un poste de Maître de Conférence à l’université de Toulouse. J’ai donc appelé l’université pour avoir des informations sur le poste. La secrétaire m’a alors indiqué le bon numéro de téléphone à appeler.

- Moi : Bonjour Monsieur, je vous appelle au sujet du poste de McF no 1600.
- Monsieur : Pardon, vous dites au sujet de quoi ?
- Moi : Au sujet du poste de McF en informatique no 1600 ouvert cette année à Toulouse. Je voudrais avoir des informations sur le profil recherché.
- Monsieur : Vous dites que c’est ouvert à Toulouse cette année, mais où exactement ?
- Moi : Chez vous en principe, vous pourriez me donner plus d’informations sur le poste ?
- Monsieur : ce poste est ouvert chez nous vous dites ?
- Oui : il est annoncé dans le journal officiel sous le no 1600
- Monsieur : Je vous avoue que je ne vois pas de quel poste vous parlez !
- Moi : Suis-je bien à l’université de Toulouse ?
- Monsieur : Mais non Monsieur, vous appelez une boucherie à Toulouse …

2. La veille de la soutenance de ma thèse :

La veille de la soutenance de ma thèse de doctorat, en fin de journée, je suis rentré très fatigué du labo. Il pleuvait beaucoup. Sur mon chemin, je suis passé au super-marché pour acheter un truc. A l’entrée du magasin, les hôtesses riaient en me voyant entrer. Je ne faisais pas attention, je pensais à ma thèse du lendemain et j’avançais à l’intérieur du magasin. Mais je semblais faire rire tous ceux qui me voyaient. Je commençais bien entendu à me poser des questions. J’ai regardé discrètement certains détails (braguette, chaussures, pantalon, …). Tout avait l’air correct. Cependant, plus j’avançais dans les rayons du magasin et plus de gens riaient en me regardant. Cela commençait à me gêner sérieusement. Et enfin, j’ai compris …… j’étais sous mon parapluie !

3. Les expressions françaises … pas faciles au début :

Juste quelques jours après mon arrivée en France, nous avons été invités à boire un verre chez un collègue. Les collègues commençaient à arriver les uns après les autres, mais pas encore Geneviève. Il s’agissait de notre secrétaire très bien éduquée mais un peu susceptible. Au moment où elle est arrivée, je voulais lui dire un mot gentil et courtois comme « Enfin, il ne maquait plus que ta présence pour combler cette belle réunion de collègues« , mais comme je ne maitrisais pas encore les expressions françaises, je lui ai dit la même chose mais d’une autre façon : « Ah! Geneviève est arrivée, il ne manquait plus que ça … « .

4. La tour de Tontparnasse :

Un jour, en passant devant la tour de Montparnasse, ma fille, alors âgée de 2 ans m’a demandé : « c’est quoi cette maison ? ». Je lui ai répondu : « c’est la tour de Montparnasse ». Elle m’a alors dit : « elle est grande la tour de Ton Parnasse !« .

Malek Boualem

Besttips |
Howtotips |
majukabeh |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mamhung
| Software Testing
| Cheapproduct